Comment réagir face à une pollution ?

L'eau, bien commun de l'humanité est en danger grave et imminent ! !

La préservation de la qualité des eaux de nos rivières est l'affaire de tous.

Il est de votre devoir de protéger les milieux aquatiques en signalant toute anomalie.

Personne n'est mieux placé qu'un pêcheur pour observer les cours d'eau.

 

stop-pollutions.jpg 

 

Si vous constatez une pollution, comment réagir ?

Avant d'agir, collectez un maximum d'informations telles que:

la localisation exact du lieu, le nom du cours d'eau, le lieu-dit,

sur quelle rive, etc... soyez très précis .

Visualisez ou notez les caractéristiques des nuisances: odeurs, couleur de l'eau, colmatage du lit, mousse en surface,

présence d'hydrocarbures (irisation en surface) , poissons pipant à la surface, mortalité.

En cas de mortalité, évaluez la quantité de poissons morts.

Si vous le pouvez, prenez des photos,  avec votre téléphone portable éventuellement, notez l'heure.

Ensuite, il faut contacter immédiatement

et par ordre de priorités:

Le garde-pêche du secteur,

pour  Pont de Roide-Vermondans - Bourguignon au  06.07.72.11.52

qui après constatation du bien fondé, se chargera de prévenir toutes les instances concernées:

 - La Gendarmerie de Pont de Roide, au (17), ou au 03.81.92.40.13 (en journée)

 - l'agent de développement (ex garde fédéral ) en charge du secteur ,

 - le Président de l'aappma, et suivant la gravité,

 - les pompiers (18),

 - la mairie concernée (03.81.99.42.42 pour Pont de Roide-Vermondans)

ou le ( 03.81.35.28.72 pour Bourguignon)

 - la Fédération de pêche du Doubs au 03.81.41.19.09 ,

 - L'O.F.B ( ex AFB et ex O.N.E.M.A.) service départemental du Doubs au 03.81.52.25.46

- L'ONCFS. du Doubs au 03.81.58.39.65

Pour plus de réactivité,

il est bien sûr possible d'appeler en premier la gendarmerie.

PÊCHEURS, vous devez avoir dans votre répertoire téléphonique les numéros des

 diverses instances ou personnes concernées.... pensez-y !

Plus vite vous réagirez, mieux la pollution sera endiguée

Que se passe-t-il ensuite ?

Les services compétents doivent se déplacer rapidement sur les lieux pour effectuer un constat,

 prendre toutes les mesures nécessaires pour faire

cesser la pollution et éviter sa propagation à l'aval.

Viendra alors le travail d'investigation pour trouver le coupable.

L'AAPPMA de Pont de Roide et Environs, après décision de son Conseil d'Administration

tentera une transaction équitable pour les deux parties.

En cas de blocage, l'AAPPMA

déposera  plainte et se portera partie civile.

En bout de "chaîne", c'est  les efforts de quelques-uns

pour améliorer le milieu aquatique

qui sont balayés d'un revers de manche par des pollueurs sans scrupules.

Pollueurs aidés indirectement en cela par une administration (Préfet en tête)  trop laxiste, en complet désaccord

avec les directives Européennes et Lois sur l'eau.

En 2018, des membres du CA et le garde ont participés à une formation

du SAMU de l'environnement sur l'analyse de l'eau en urgence.

Nous nous sommes dotés d'une valise d'analyses pour plus de réactivité

lors d'un constat de pollution. Malgré le coût important de cette valise,

nous espèrons nous en servir le moins possible.

La construction de cette page, à été largement inspirée du site http://www.federationpeche.fr/70 qui a traité le sujet,

et que nous remercions ici pour leur autorisation de "reprise" partielle du thème.

Vous êtes le 98296ème visiteur

Date de dernière mise à jour : jeudi, 05 mars 2020

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires

  • Baclet Bertrand
    • 1. Baclet Bertrand Le jeudi, 28 mai 2020
    Bonjour et bravo pour cette initiative.
    J'habite en Vendée ou l'agriculture intensive encouragée en cela par la FNSEA procéde depuis plus de 40 ans à un véritable pillage des nappes phréatiques et des rivières. Gaspillage de l'eau (arrosage dans la journée avec vent fort et grand soleil et alors que les restrictions l'interdisent!!!
    Les pollutions sont multiples mais on retrouve beaucoup de résidus de produits chimiques : (fongicides, pesticides surtout...et autres molécules toxiques) mais aussi d'autres cocktails et trop souvent du lisier...
    Nous avons eu droit à 5 pollutions en 2 ans sur 2 rivières que je connais bien et devinez quoi?
    On "poursuit les investigations"...après avoir fait traîner les mesures indispensables dés la signalisation de la pollution!
    On ne connaît pas les coupables parce qu'ils sont, d'une manière ou d'une autre, protégés.
    Si toutes les AAPPMA faisaient remonter des conseils comme le vôtre vers les Fédérations départementales, peut être que la situation évoluerait...Mais la Fédération Nationale de pêche dépend du ministère de l'Agriculture (ou de la FNSEA?)...
    Bertrand Baclet
    • briois
      • briois Le dimanche, 31 mai 2020
      Bonjour, Éternel problème que celui des pollutions, en verra-t-on un jour le bout ? Tant que les administrations chargées d'appliquer les textes continueront à ménager la chèvre et le choux, autant "pisser" dans un violon ! Les intouchables de l'agriculture ont un boulevard devant eux, et ils en profitent à souhait. Ajoutez à cela un gouvernement sourd et aveugle à la plus élémentaire des précautions d’intérêt public et vous avez le cocktail idéal du n'importe quoi. D'autres domaines tout aussi "merdiques" ne doivent pas être écartés et en 1er lieu les STEP qui polluent plus qu'elles ne dépolluent. Pour ce qui est des Fédérations Départementales de pêche, c'est à force d'interpellations et de signalements qu'on fait avancer le "chmilblik". La FNPF ? ? ? à part faire rentrer des sous en caisse, et le Tour de France cyclistes, je ne vois pas ! ! ! Cordialement

Ajouter un commentaire