Pêche de comptage

A intervalle de temps régulier, la Fédération de pêche du Doubs effectue une pêche électrique d'étude et de suivi sur la Ranceuse.

L'objectif est de connaître les espèces présentes (on dit aussi biomasse des populations des espèces présentes)  sur un secteur ou encore "station" identifié et suivi.

La longueur de cette station est "normalisée" , et selon la méthode de De Lury (1947, Carl et Strub, 1978) 3 voire 4 passages sont effectués pour un bon niveau de précision des relevés.

Pour les non-initiés, cela consiste à retirer du ruisseau tous les poissons à l'aide d'un groupe couplé à une génératrice de courant.

Une masse (cathode) est immergée à l'aval de la zone à prospecter. Un technicien remonte le ruisseau avec dans une main une sorte d'épuisette sans filet (anode) reliée au groupe électrogène, et dans l'autre main une épuisette en fer à mailles très fines.

(photo L. Briois)

Alex a la manoeuvre

Ce groupe débite un haut Voltage (entre 150 et 800V) mais de très faible intensité .

Il va sans dire que tous les intervenants sont porteurs des effets de protection adéquats, cuissardes ou waders étanches et gants en caoutchouc.

Sans trop entrer dans le détail morphologique des poissons, le courant électrique provoque une nage forcée vers l'anode (électro taxie).

Le champ électrique doit être réglé de façon optimale afin que le poisson ne subisse aucune séquelle, aucun dégât.

Là entre en jeu la dextérité du technicien qui veille à ce que le poisson ne touche pas de façon prolongée l'anode (tétanisation).

Le rayon d'action de cette anode va de 1,50 m à 2,00 mètres (suivant réglages), tout ce qui nage est plus ou moins bien attiré (le brochet, et la carpe n'ont pas le même comportement que la truite) tout ce qui se promène au bord du ruisseau est quelque peu "chatouillé" (rat, grenouille, vers, vaches etc)

Une personne suit ce technicien avec un récipient afin de récolter les poissons et de les soustraire au champ électrique.

Une fois la "récolte" conséquente, les poissons sont dirigés vers une table de tri ou station de biométrie

ci-dessous Christian et Thomas

Station technique

 Les poissons sont triés suivant l’espèce, la taille, et le poids. ils sont réparti dans des bacs (blancs) puis passent un cours moment dans le bac bleu, bac contenant une solution de g énol, destinée à anesthésier le poisson et calmer ses ardeurs, afin de faciliter sa manipulation.

 

Truite fario pure souche 25cm 230gr

Fario

Truitelle fario 12cm

Truitelle

Les poissons sont mis en stabulation  dans une eau renouvelée et fraîche, le temps de récupérer;  puis ils sont libérés à la fin de l'opération sur le même tronçon du ruisseau.

Un technicien relève sur un formulaire les espèces, la taille, le poids de chaque poisson. Pour les trop petits spécimens une pesée globale est faite avec indication de la "fourchette de taille et de poids" en prélevant le plus petit, et le plus grand du lot.

Des mesures spécifiques concernant le ruisseau sont également enregistrées telles que: la largeur à différents endroits (moyenne) la profondeur, la longueur de la station.

Ce relevé est destiné à alimenter une base de données gérée au niveau fédéral.

La Fédé 25  nous a  fait parvenir les relevés des années 2008, 2011, et 2014, vous pouvez consulter ici  une synthèse:   Pêche d'inventaire Ranceuse

Pour information, une prospection nocturne c'est déroulée le 12 juillet 2016 de 22h00 à 01h00 du matin sur la Ranceuse.

Pas moins de 6 équipes de 2 , 3 ou 4 personnes se sont réparties l'ensemble du linéaire depuis l'embouchure jusqu'à la STEP de Dambelin.

Le but étant de rechercher la présence éventuelle de l'écrevisse de Californie  dans la Ranceuse.

Aucune des équipes déployées le long des berges n'a observé de spécimen d'écrevisse "signal",  mis à part  au niveau de la confluence du ruisseau avec le Doubs sur une courte distance, chose semble-t-il "normale".

Agréable surprise donc puisque cette écrevisse est présente depuis longtemps dans le Doubs, et ne remonte pas dans la Ranceuse.

"Nos pieds blancs" peuvent donc continuer à se reproduire tranquilles dans ses affluents.

 

La Ranceuse est un ruisseau pépinière.

Les truites adultes en capacité de se reproduire viennent y déposer leurs œufs.

(une bonne vingtaine de frayères localisées cet hiver 2016)

Une fois la ponte effectuée, très peu de géniteurs y restent.

Sentiment d'insécurité, pression de pêche, manque de nourriture, niveau de l'eau,

provoquent une dévalaison et un retour au Doubs plus facile qu'en sens inverse.

(voir projet : remontée truite Ranceuse)

 

RELÂCHEZ         VOS          PRISES

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : vendredi, 20 Janvier 2017

×