Le bras des Îlotes

Bien que pauvre en tenues et en caches,

les anciens se rappellent avoir pris des truites dans le bras des îlotes.

 De nos jours,

les salmonidés truites ou ombres ne s'y aventurent plus

du seul fait qu'il s'asséche une partie de l'année. 

(photos Léon BRIOIS)

bras-asseche-des-ilotes-1.jpg 

  

  La photo ci-contre nous montre une zone d'assèchement régulier notamment dû au

  "marnage" du barrage de Dampjoux.

 Cette zone s'étends sur 80 à 100 mètres de long et sur la totalité de la largeur du bras.

  Un "décapage" au tracto-pelle sur une hauteur de 40 cm et 10 m de large ferait que l'eau coulerait sans

  discontinuer dans le bras (comme sur la photo ci-dessous), ce qui assurerait la fréquentation des poissons qui sont présents à l'embouchûre, et à la sortie en confluence avec le Doubs.

Le substrat est adéquate pour la reproduction des truites et des ombres, par le passé l'endroit était colonisé à chaque moment de fraie.

  Redonnons au bras sa véritable valeur .

 

en période de reproduction (novembre à mai), les truites d'abord et les ombres ensuite fraient sur la gravière

qui est visible directement en amont du bras, en plein sur le passage des pêcheurs

désirant aller sur l'île pour taquiner la truite.

 PÊCHEURS NE PIETINEZ PAS CETTE ZONE facilement repérable.

D 2014 bras 1

La photo ci-dessous montre le bras recouvert d'une hauteur d'eau de 30 cm sur toute la largeur 

(15 mètres de large et plus par endroit).

Le bras comme on aimerai  toujours le voir !

Bras

 Il y a là un gisement potentiel en alevins de truites et d'ombres que nous perdons au fil des ans.

Si nous voulons de la reproduction naturelle, on ne peut laisser le bras s'assécher .

Seuls, les vairons et autres blanchailles osent s'aventurer à l'embouchure aval du bras pour y frayer.

   Le bras des îlotes est en

RESERVE société et la pêche y est interdite

par mesure de précaution pour les alevins de toutes sortes.

L'AAPPMA est ici totalement dans son rôle de gestionnaire du milieu aquatique,

et satisfait à l'Article L.432-1 du Code de l'Environnement qui stipule:

"Tout propriétaire d'un droit de pêche, ou son ayant cause,

et tenu de participer à la protection du patrimoine piscicole et des milieux aquatiques.

A cet effet, il ne doit pas leur porter atteinte et,

le cas échéant, il doit effectuer les travaux d'entretien,

sur la berge et dans le lit du cours d'eau, nécessaires au maintien de la vie aquatique"

Combien de propriétaires appliquent cet article  L.432-1 ?

Mieux, qui s'attache de le faire appliquer ?

 

 

Vous êtes le 65543ème visiteur

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : jeudi, 08 Février 2018

×